Quand la sexualité est risquée pendant la grossesse ?

La plupart du temps, il est conseillé d’avoir des relations sexuelles au cours de la grossesse. Or, la plupart des couples s’arrêtent progressivement de le faire au fur et à mesure que le ventre se fait voir. Mais dans certains cas, c’est le médecin lui-même qui recommande la diminution, voire même l’arrêt des rapports sexuels.

Les situations possibles

Dans certains cas, les relations sexuelles peuvent mettre en danger la vie de la mère et de l’enfant. En effet, la grossesse est plus délicate pour certaines mères. Si le risque de la dilatation du col de l’utérus est élevé chez la femme, il est plus avantageux pour le couple de se retenir pour éviter de provoquer une naissance prématurée. A part cela, les petits saignements après la pénétration sont des signes qu’il faut faire attention. Dans le cas où la femme a déjà été victime de fausses-couches auparavant, la pénétration au cours des deux premiers mois de grossesse est conseillée. Un autre cas qui peut où les rapports sexuels sont aussi contre-indiqués est lorsque la femme présente des contractions ou le placenta prævia. La sexualité peut entraîner une infection au fœtus si jamais il y a une fuite de liquide amniotique alors que la mère ne ressente aucune contraction. Ainsi, lorsqu’une grossesse se déroule normalement, l’activité sexuelle peut poursuivre. En cas de problème, il faut prendre l’avis d’un spécialiste.

Et après l’accouchement ?

La reprise de la sexualité après l’accouchement prend généralement quelque temps. Mais chez certaines femmes, le désir revient plus tôt, voire même quelques jours après la naissance. La plupart d’entre elles ont du mal à accepter leur corps après l’accouchement, elles reprennent uniquement les rapports sexuels à la demande de leur mari. L’essentiel, c’est donc la complicité sexuelle entre le couple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website