Le test de paternité : comment ça marche ?

Le test de paternité consiste à justifier le lien de parenté entre un père et son enfant. On compare donc leur ADN pour vérifier si le présumé père est vraiment le père biologique de l’enfant. Que dit la loi sur ce sujet et comment ce test se déroule-t-il ?

Ce que dit la législation française

En France, le test de paternité est effectué uniquement dans le cadre judiciaire. Il est préconisé dans la plupart du temps pour forcer un père à reconnaître son enfant ou pour modifier un livret de famille. Le test de paternité est ordonné uniquement par le juge du tribunal de grande instance saisi par un avocat. Si le père refuse de se soumettre au test, ceci peut être considéré comme un aveu de paternité par le juge. La demande peut être longue et coûteuse. Une démarche à titre privé est tout simplement considérée comme illégale.

Comment se déroule un test de paternité ?

Deux méthodes peuvent être effectuées : l’examen des sangs ou l’examen des empreintes génétiques appelé test ADN grâce à un échantillon de salive. Cette deuxième méthode est la plus utilisée de nos jours. Il suffit de frotter un coton tige stérile contre l’intérieur de la joue, sous la langue et derrière les lèvres. Le prélèvement buccal dure 20 secondes seulement et le résultat peut être obtenu au bout de quelques jours. Le résultat est fiable jusqu’à 99,999%.

Peut-on faire un test avant la naissance ?

Oui, il est possible d’effectuer un test de paternité durant la grossesse. Le test est réalisé par un prélèvement sanguin de la mère qui contient l’ADN fœtal. Il est également possible de prélever l’ADN fœtal des villosités à travers le col de l’utérus. Les mêmes méthodes de comparaison avec l’ADN du père sont appliquées par la suite.

Que penser des tests proposés en ligne ?

Plusieurs sites, comme pro paternité proposent, pour une somme plus accessible, des tests de paternité. Il faut alors envoyer un échantillon de salive ou des cheveux à l’étranger. Attention, des sites proposent aussi des tests de paternité à réaliser à l’étranger. Sachez que de telles procédures ne sont pas reconnues par la législation française et est même interdites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website